vignette

Algodoal, petit paradis

Alors que mon frère Rémi, de l’autre côté du continent, explore les hauteurs1)il faut voir les photos de son tour du lac Titicaca en pédalo!, nous, de notre côté, nous poursuivons notre voyage au niveau de la mer.

2014-08-16_14-49-21À Algodoal, on est immédiatement plongés dans un autre monde ! À la sortie du bateau, ce sont des carrioles tirées par des chevaux qui attendent les visiteurs. Un chemin de sable fin conduit au principal village de l’île. Les rues sont constituées de sable et d’herbe et sont bordées de petites maisons fleuries. Ici et là, quelques grands arbres (palmiers, cocotiers).

2014-08-19_07-34-22Notre premier objectif : trouver où dormir pour pas trop cher. On est samedi et il y a une certaine affluence (même si ça reste raisonnable). On repère de nombreuses pousadas (chambres d’hôtes). Souvent, la porte est fermée et un numéro de téléphone est indiqué sur la façade. Mais nous n’avons pas de quoi appeler. Et puis, notre maîtrise du portugais aurait rendu l’opération délicate. Les pousadas dont nous rencontrons les gérants sont pleines. Arrivés à une des extrémités du village, nous tombons sur une propriétaire très gentille, qui, bien qu’elle affiche complet, décide de nous aider. Devant nos mines interrogatives, elle tente «vocês falam inglês?». Résolument, je secoue la tête : «português». Elle se met à parler lentement et on finit par se comprendre. Elle passe quelques coups de fil et revient vers nous. Il reste des places à «Bela-mar», la plus belle pousada de l’île nous dit-elle. On craint pour nos finances mais on s’y rend tout de même.

La pousada Bela-Mar
La pousada Bela-Mar

Là, on découvre trois rangées de chambres, aux murs rouges, entourant un patio très fleuri dans lequel sont accrochés quelques hamacs. La gérante nous propose une chambre à 80 reais, avec un ventilateur et le café da manhã2)Petit déjeuner, forcément à base … de café bien sûr. Pour nous qui sommes des amateurs de thé, le choc est rude ! compris. Petite parenthèse sur les prix : 3 reais vaut à peu près un euro. On divise donc les valeurs par 3 pour savoir combien ça nous coûterait en euros. Ici, la chambre coûte donc environ 27 euros par nuit, pour deux personnes. Ça peut sembler dérisoire, mais on n’avait pas prévu de payer autant et notre budget sur l’île est limité (il n’y a pas de distributeur ici et presque personne ne prend la carte VISA). Parenthèse refermée.

Le soir, on assiste de nouveau à un coucher de soleil prodigieux sur la plage qui longe le village. On se trouve deux soupes et un verre de jus de goyave (pour 11 R$ au total, on vous laisse faire la conversion) sur la place centrale. Un peu plus loin, devant l’unique école de l’île, se tient une cérémonie religieuse assez tapageuse : chants (façon chansons d’amour mièvres) et sermons braillés dans un micro par un illuminé convaincu.

Petit bras de mer à traverser en barque
Petit bras de mer à traverser en barque

Le lendemain, on suit la plage tranquillement pour explorer l’île par le nord. Bloqués par une rivière, on est obligés de monter dans une petite barque pour passer. 500 mètres plus loin, on débouche sur la plage «da princeza». Tout le long de la première moitié de la plage, de petites baraques montées sur pilotis proposent de la restauration et des rafraîchissement. Et puis, au bout d’un certain temps, à force de marcher, on finit par se retrouver tout seuls ! On s’installe et on court se jeter à l’eau. L’eau est délicieuse et on se baigne longuement, en jouant dans les vagues.2014-08-17_13-33-46

Le troisième jour, nous décidons d’aller explorer la partie sud de l’île et notamment les villages de Fortalezinha et Camboinha. D’après le plan que nous avons à notre disposition, il faut traverser une rivière à partir du port pour accéder à l’autre moitié de l’île. Malheureusement, on est plus le week-end et il n’y a pas de navette régulière en semaine. Il faut trouver un passeur. On en rencontre un par hasard en revenant au village. Et là, on découvre que la traversée coûte … 10 fois plus chère que celle de la veille. Notre budget initial étant presque épuisé, on renonce avec tristesse à cette promenade. Qu’à cela ne tienne, on va essayer de se promener dans la forêt qui règne au centre de l’île. Mais, là encore, c’est l’échec, impossible de trouver un chemin qui pénètre dans ce magma de végétation. Au bout d’une heure, on renonce et on retourne à la pousada.

Pas de place pour un chemin dans une telle forêt
Pas de place pour un chemin dans une telle forêt

Depuis ce matin3)lundi 18 août, nous sommes les derniers clients de la pousada et nous n’avons quasiment croisés aucun touriste sur l’île aujourd’hui. Le couple de gérants est au petits soins avec nous. Notre séjour ici se termine tranquillement. Où que se portent nos regards, tout est charmant et paisible et nos cœurs se serrent à l’idée de quitter ce petit paradis.

Denis4)Oui, c’est encore moi qui rédige aujourd’hui. Mais Sandrine préférait se charger de Brasília, alors, voilà. Peut-être qu’elle en fera deux à la suite, pour la peine!

References   [ + ]

1. il faut voir les photos de son tour du lac Titicaca en pédalo!
2. Petit déjeuner, forcément à base … de café bien sûr. Pour nous qui sommes des amateurs de thé, le choc est rude !
3. lundi 18 août
4. Oui, c’est encore moi qui rédige aujourd’hui. Mais Sandrine préférait se charger de Brasília, alors, voilà. Peut-être qu’elle en fera deux à la suite, pour la peine!

7 réflexions au sujet de « Algodoal, petit paradis »

  1. Ah ! c’est trop dur de voir toutes ces photos, de lire vos descriptions et… de retourner bosser le lendemain, sous la pluie par-dessus le marché !

    Bonne continuation à vous deux et très grosse bise
    Jacqueline

    1. Ça me faisait la même chose quand je regardais les photos de Rémi !!
      On ne fait que commencer notre voyage mais on a vu déjà beaucoup de très très belles choses !!! Algodoal, ça a été spectaculaire ! On aurait trouvé un moyen de se loger sur place pour moins cher, on y serait resté plus longtemps.

  2. je ne sais comment vous remercier pour ces belles images, je peux vous proposer des photos de la plage de Bobigny, si vous voulez….?
    Thomalgo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *