Dans le Minas Gerais (fin): Ouro Preto, une ville en or

2014-09-28_14-18-30Notre chemin semble suivre un lien prémédité entre les différents lieux et compagnons rencontrés. En effet, nous arrivons à Ouro Preto et le soir même, nous sommes invités à nous rendre à un spectacle sur Milton Nascimento, un grand auteur-compositeur et interprète brésilien que nous avons découvert auprès d’Éric et ses amis, à Rio Pomba ! Quelle coïncidence !

Ça c'est d'la rue qui monte !
Ça c’est d’la rue qui monte !

Ouro Preto est une des premières villes du Brésil, ville historique construite par les portugais, située au cœur des montagnes du Minas Gerais. Effectivement, tout au long de cette semaine, nous avons beaucoup monté, monté et aussi descendu les rues pavées.

Intérieur de l'église Notre Dame de Pilar
Intérieur de l’église Notre Dame de Pilar

La ville est parsemée d’églises toutes plus belles les unes que les autres, du Baroque au Rococo ; les peintres et sculpteurs des XVIIème et XVIIIème siècles – dont le très réputé «Aleijadinho» – s’en sont donnés à cœur joie ! Ce n’est pas pour autant que l’on vous montrera beaucoup de photos ; en effet, il est interdit de prendre des photos à l’intérieur des églises. Mais on en a “volé” une tout de même, et dans l’une des églises les plus «chargées» en décoration : Nossa Senhora do Pilar, qui a été pensée comme un petit théâtre, avec un peu d’or par-ci, par-là pour donner un peu de clinquant au bois.

Musée «Casa dos Contos», où était jadis réglée l'impôt sur l'extraction d'or, prélevé par la Couronne.
Musée «Casa dos Contos», où était jadis réglé l’impôt sur l’extraction d’or, prélevé par la Couronne.

D’ailleurs, question or, les colons portugais n’y ont pas été de main morte. Lors d’une visite d’une ancienne mine, notre guide, Jafferson, n’a pas été avare de détails sur l’histoire et les traitements infligés aux esclaves, à cette époque dorée et faste du royaume. La castration des plus grands esclaves noirs pour éviter leur reproduction et  fabriquer une génération d’hommes et d’enfants de petite taille, afin d’exploiter les galeries les plus étroites, en est un bon exemple. On ressort de la mine avec l’impression que l’or de la ville brille tout à coup beaucoup moins.

Cristal (sans doute de quartz), ramassé parmi les pavés brilliants...
Cristal (sans doute de quartz), ramassé parmi les pavés brillants…

En dehors de l’or, l’endroit est aussi réputé pour ses gemmes et là, effectivement, le Minas Gerais ne rigole pas. Le musée des sciences et techniques d’Ouro Preto recèle la plus importante collection de minerais du monde. D’ailleurs, c’est bien simple, ils ont tellement de minerais de toutes sortes dans leur sol qu’ils en utilisent pour paver leurs rues. Où que nous mettions les pieds, ça brillait ! Une randonnée dans le parc naturel de la ville nous a confirmé que les minerais affleurent ; et même dans la nature, nous avons emprunté des chemins scintillants.

Dans le parc «Cachoeira das Andorinhas»
Dans le parc «Cachoeira das Andorinhas»

En dehors de tous ces détails historiques et culturels, nous sommes bien entendu partis à la recherche d’une cascade. Ça a été moins facile que dans le Goias, mais on a fini par en débusquer une assez étonnante dans le parc «Cachoeira das Andorinhas». Mais cette fois-ci, encore plus fort que pour les autres cascades, elle était souterraine et assez difficile d’accès quand on ne connaît pas le lieu. Il a fallu le passage de deux touristes accompagnés d’un guide pour que nous ayons la curiosité d’aller voir ce qu’on pouvait bien découvrir par-là ! Évidemment, Denis n’a pas pu s’empêcher d’aller s’y tremper !

2014-09-28_16-24-55En ce qui concerne la gastronomie, nous avons découvert qu’Ouro Preto et ses environs travaillaient le chocolat, ce qui n’a pas été pour me déplaire ! Du coup, il a bien fallu goûter un chocolat chaud et quelques desserts au passage.

Place Minas Gerais à Mariana

Notre dernier jour de visite fut uniquement dédié à la ville de Mariana, première ville construite par les portugais dans le Minas Gerais. Cette ville est un joyau de l’architecture coloniale parfaitement conservée. De nouveau des églises à voir, des musées… Nous sommes même tombés sur un concert de musique classique dans une des églises, possédant un orgue magnifique, de facture allemande, Arp Schnitger, datant de 1753.

2014-10-03_13-26-57Pour finir, lors de notre pause digestive dans un parc tout mignon, nous avons été abordés par un groupe d’élèves en sortie scolaire, interrogeant des passants à propos de Mariana et ses monuments. Il a fallu peu de temps pour qu’ils sachent, tous, que nous étions français. Tous les groupes d’élèves sont donc venus s’installer autour de notre banc pour nous présenter des questionnaires… en portugais ! Denis a donc été mis à rude épreuve mais il a tenu bon et n’est pas parti en courant ! Mais surtout, ce qui m’a paru magique, c’est qu’ils étaient loin d’être intimidés par  le fait que nous étions étrangers et que nous ne parlions pas bien portugais. À chaque groupe, nous demandions de parler lentement et ils ont joué le jeu. Certains reformulaient et d’autres engueulaient  même  leurs camarades qui parlaient très vite pour nous permettre de comprendre ! Nous avons eu droit à la photo de groupe, prise par une des enseignantes, qui a cru bien faire en nous parlant en … anglais ! «I will take a picture of you with my pupils». Ce à quoi Denis a répondu : «Claro ! Mas despois, você pode tirar uma photo com a nossa câmera ?» Heureusement que les élèves étaient là pour relever le niveau 😉

Pour l’heure, nous voici repartis à l’aventure. Une grande ville dans laquelle il ne faut pas oublier de monter la-haut !…

Sandrine

Une réflexion au sujet de « Dans le Minas Gerais (fin): Ouro Preto, une ville en or »

  1. Il manque deux précisions dans notre article :
    1) D’abord que notre hébergement à Ouro Preto a été offert par le PCF d’Aubervilliers. Merci à tous les camarades qui ont participé ! Et merci à Bernard d’avoir coordonné l’opération !
    2) La photo de la Place Minas Gerais de Mariana a été réalisée avec la complicité de Gilles (mais si ! vous savez ! l’un des ténors de la chorale Auberbabel !), qui a réalisé le panoramique en rassemblant 3 de nos photos.

    C’est dit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *