vignette

Un peu plus loin dans le Paraguay

Au cours de ces derniers jours, nous avons découvert trois aspects du Paraguay en séjournant successivement dans Areguá, Concepción et Yby Yau.

Poncho, le perroquet de notre hotel à Areguá
Poncho, le perroquet de notre hotel à Areguá

Première étape, Areguá, petite ville de villégiature où les paraguayens, pour la plupart d’Asunción,  viennent en vacances. C’est un joli village, très vert, aux larges rues pavées où l’on croise de magnifiques villas entourées de jardins immenses. Nous y arrivons un jour de déluge et on trouve rapidement un hôtel mignon comme tout, tenu par trois femmes super sympathiques et un perroquet bavard et bruyant mais au vocabulaire limité, Pancho.

2014-11-14_11-42-53Nous passons quatre jours sur place, histoire de faire le tour de la ville, de constater qu’il s’agit bien de l’endroit au Paraguay où l’on trouve le plus d’artisans au mètre carré, que ce soit le travail du bambou, sculpture du bois, travail de la terre, de la céramique, du métal, à figure religieuse, dans le style moderne, contemporain ou néo-primitif. Quelques musées de créations contemporaines, une vieille gare désaffectée (hélas1)Le Paraguay a été le premier pays d’Amérique du Sud à se doter d’un réseau ferré pour son transport de marchandise : le ferro-carril. Malheureusement, pour des raisons qui restent obscures pour nous, il a été abandonné au profit des transports routiers), une église, le Castillo, ayant appartenu à une branche de la famille Ayala (illustre famille paraguayenne dont Eusebio Ayala), aujourd’hui entretenu par des religieuses qui ouvrent les portes de l’étage principal du château aux visiteurs de passage.

Le Cerro Kói et ses roches de coupe hexagonale
Le Cerro Kói et ses roches de coupe hexagonale

La nature étant présente tout autour, nous allons traîner au bord du lac Ypacarai, un soir, au coucher du soleil, pour vous concocter un panel de photos idylliques. Nous avons aussi l’occasion de faire une petite randonnée pique-nique jusqu’au Cerro Koï, un site qui a la particularité d’être composé d’une roche de coupe hexagonale, particularité unique au monde, d’après les gens du coin. Sur ce coup-là, on attend les commentaires de géologues éminents qui voudraient bien se manifester sur le blog 😉

Dans le centre ville de Concepción
Dans le centre ville de Concepción

Le tour de cette petite ville étant fait, on continue la route et on remonte vers Concepción pour y passer quatre jours. En allant vers le Nord, la température augmente aussi et comme on va vers l’été, ça va devenir torride dans quelques semaines. À Concepción, on est en terrain aride, l’asphalte cède fréquemment la place à des pistes de terre rouge, l’air est très sec. Ici, pas grand-chose à visiter, ce n’est pas du tout touristique. Pour preuve, le regard très insistant des gens dans la rue, leur curiosité appuyée. Les plus courageux osent nous aborder et on se met à discuter un brin avec eux. Et quand on croise une famille guaraní, c’est le large sourire d’une enfant d’une dizaine d’année, toute heureuse de voir une femme blanche aux cheveux blancs et petites lunettes. Et c’est deux mondes qui se croisent sans se toucher, émerveillés de voir que l’autre existe dans sa différence  ; c’est beau.

Piscine de l'hotel Picis (en ruines !)
Piscine de l’hotel Picis (en ruines !)

Comme il n’y a pas d’informations touristiques où que ce soit, nous faisons un tour de Concepción, grâce aux gens croisés dans la rue et un site internet trouvé au hasard. Il s’avère que nous découvrons trois musées, deux églises et quelques lieux incontournables de la ville, comme cet hôtel en ruines où les connaisseurs viennent se prélasser ou ces reliques britanniques de la révolution industrielle, déposées au milieu de l’artère principale de la ville.

Port de Concepción
Port de Concepción

Toutefois, il y a un lieu emblématique à Concepción : son port, lieu de baignade de tous ceux qui veulent se rafraîchir, lieu de départ et d’arrivée des bateaux de marchandises qui montent plus au Nord et redescendent à Asunción. Pour l’anecdote, on y rencontrera par deux fois un des cousins de Ryan Gosling. Ça ne s’invente pas.

Francys, notre hôte à Yby Yau
Francys, notre hôte à Yby Yau

Nous quittons Concepción pour le village d’Yby Yau, au Nord-Est. On se rapproche de la frontière avec le Brésil. Là, nous sommes hébergés dans une petite maison par Francys, notre hôte pour quelques jours en pleine nature. Nous allons passer quatre jours fort sympathiques dans ce petit village où la population n’a pas l’air plus étonnée que ça de voir deux étrangers déambuler dans ses rues. Il faut dire que Francys a une forte personnalité et qu’avec elle, ils en ont déjà vu dans le genre pas commun, ils sont vaccinés et préparés à tout, en quelque sorte. Le rythme de nos journées est très calme, ce qui permet à Denis de se remettre à composer son requiem et pour moi, de passer à la lecture d’un deuxième bouquin de Michel Foucault.

Côté activités découverte de la nature, nous allons deux jours de suite au bord d’une rivière dans le Cerro Cora, dont le fonds sablonneux et doux permet d’y marcher sans peine ; d’autant plus qu’il n’y a pas assez de profondeur pour y nager.

Espace balnéaire «Dos Ambiantes»
Espace balnéaire «Dos Ambiantes»

Troisième jour, encore estampillé « Nature ». De toute façon, ici, c’est l’attraction principale ; Francys nous explique que c’est pour cela qu’il y a autant d’hôtels dans ce village. On passe donc la journée entière avec elle. Elle nous emmène d’abord dans le parc Dos ambiantes où des vaches paissaient paisiblement avant notre arrivée et où nous découvrons une rivière que nous remontons, en compagnie d’un chien qui nous suivra toute cette matinée. Là, surprise. Une cascade ! Il n’en fallait pas plus pour que Denis se jette à l’eau.

Au Cerro Memby
Au Cerro Memby

L’après-midi, nous allons faire l’ascension du Cerro Memby. Cette fois-ci, sans chien mais en croisant de nouvelles espèces de petites bêtes et des arbres inamicaux. Quelle merveille de découvrir le paysage d’en haut ; un Paraguay très vert et montagneux ! Ça vaut vraiment le coup de crapahuter dans des éboulis et dans des chemins qui n’en sont pas pour découvrir les environs. Bon, à la descente, il faut simplement ne pas mettre ses mains n’importe où ! Mais nous, on a Francys qui nous dit de regarder telle bête, de faire attention aux épines, de passer par ici, plutôt que par là. Encore un avantage d’être hébergé directement chez l’habitant. On finit la journée par un cours de danse. Francys donne des cours de zumba, trois soirs par semaine, et ce soir, je m’y essaie.

Cette dernière semaine loin des grandes villes et surtout en compagnie d’une paraguayenne nous permet de faire un bond dans notre connaissance du pays, d’apprendre quelques mots en guarani, de voir comme la vie y est simple et plutôt tranquille. Décidément, rien de tel que de vivre avec l’habitant !C’est que nous allons faire de nouveau dès demain car nous sommes attendus dans le sud du pays…

Sandrine

References   [ + ]

1. Le Paraguay a été le premier pays d’Amérique du Sud à se doter d’un réseau ferré pour son transport de marchandise : le ferro-carril. Malheureusement, pour des raisons qui restent obscures pour nous, il a été abandonné au profit des transports routiers

11 réflexions au sujet de « Un peu plus loin dans le Paraguay »

  1. Quelles magnifiques vues! Le Paraguay me tente davantage que le brésil. Toute cette verdoyance…c’est magnifique!! Ces belles couleurs dans les villages… Merci de nous faire rêver un peu…d’apporter un peu de chaleur et de soleil pour réchauffer la vie grise et humide de l’automne parisien…
    Bonne continuation!
    Bisous tout frais.

    1. Effectivement, le Paraguay, c’est très vert ! Et aussi, très «authentique» : le tourisme y est peu développé et de fait, tout passe par les rencontres qu’on y fait. Clairement, le Brésil est plus impressionnant, plus exotique. Mais, le Paraguay, ça vaut vraiment la peine !

  2. Coucou tous les 2 ! Toujours aussi passionnants ces récits et vos photos sont très belles. Je serais bien venue avec vous pour voir si le cousin de Ryan Gosling est aussi canon que lui ! lol!!!! Bisous Loune

    1. T’aurais été vachement déçue ; il ressemblait plus à Jack Black, cheveux plus courts et légèrement bouclés, avec un visage exprimant l’hyperactivité. Un peu flippant ! 😉

    2. Euh… Non, il n’était pas canon 😉 Mais, bon, des beaux mecs torses-nus, il y en a plein les rues en Amérique du Sud ; si ça peut te donner envie de traverser l’océan 😉

      Ça fait bizarre de relire cet article sur le Paraguay, ça semble déjà si loin ! On a quitté ce pays, traversé le nord de l’Argentine et actuellement, nous visitons l’Uruguay ! Mais la distance ne chasse pas la «saudade» qui m’emplit en repensant à ce que nous avons vécu au Paraguay…

      1. Je vais le traverser l’océan en mai prochain pour mon voyage en Guadeloupe. J’ai hâte !!! Déjà marre de l’hiver ici, Enna a une super bronchite et moi une rhino. Alors vos 38°C je les voudrais bien ….

  3. bonjour,
    nous partons au paraguay en septembre et venons de lire vos commentaires. Où avez_vous trouvé l’adresse des habitants chez qui vous logiez?
    malheureusement il n’existe pas de guide sur ce pays! le lonely planet n’est plus édité depuis de nombreuses années (desde el año catapún » comme disent les espagnols!)
    merci
    cordialement

    1. Bonjour,
      Tout d’abord, félicitations pour avoir choisi de passer par le Paraguay, c’est vraiment un pays intéressant !

      Nous avons été hébergés 2 fois au Paraguay grâce au réseau Couchsurfing. Si vous n’êtes pas déjà inscrits, faîtes-le rapidement et commencez à faire des demandes de logement dans les grandes villes du pays au moins un mois avant de partir. Notre hôte à Yby Yau est facile à trouver : il n’y a que 2 inscrits dans cette ville !! Elle s’appelle Francys Brizuela. Rien que pour la rencontrer, ça vaut le détour. Le deuxième, à Encarnación, ne semble plus inscrit sur le réseau. Dommage, il était aussi très intéressant. À Asunción, il y a plus de 1500 inscrits, vous devriez réussir à trouver quelqu’un, quitte à faire 30 demandes (mais, après tout, vous avez le temps). Nous, on n’a pas réussi mais on s’y est pris un peu tard.

      Deuxième chose : certes, il n’y a pas de guide mais ça rend les choses encore plus excitantes ! C’est en discutant avec les gens que vous allez découvrir les coins intéressants. Mais pour que vous ayez les idées claires avant de partir, je vous conseille la lecture des pages suivantes (auxquelles j’ai très humblement contribué) : sur le wikivoyage https://fr.wikivoyage.org/wiki/Paraguay
      – la page du Paraguay (histoire du pays et conseils généraux)
      – la page d’Asunción (avec l’adresse de l’hostel Covadonga, dans lequel nous avons séjourné et qui est excellent)
      – la page d’Aregua (ville proche d’Asunción qui mérite le détour)

      Il y a une ville à éviter : Ciudad del Este. C’est moche et en plus, c’est dangereux !

      Bon séjour et n’hésitez pas à nous tenir au courant de votre expérience là-bas !

      Denis

      1. merci beaucoup
        après avoir visité pas mal de pays d’Amérique latine, nous avions envie de connaître le Paraguay. De plus, nous connaissons bien Juan josé Medina, jeune ambassadeur de l’UNESCO du Paraguay,(24 ans) venu chez nous à Clermont Ferrand étudier le chant (il a obtenu plusieurs prix dans son pays) . Il n »avait que 17 ans!Maintenant il est à paris et continue sa carrière comme ténor.
        Il a une voix magique
        cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *