vignette

Dernière étape au Paraguay : Encarnación et les ruines jésuitiques

Sur le Rio Paraná
Sur le Rio Paraná

Après nos aventures dans le nord du pays, on s’accorde une journée à Asunción, que décidément, on commence à bien connaître. À tel point qu’on est capable de donner des conseils de visite à nos voisins de dortoir… On reprend ensuite la route, direction Encarnación, dans le sud du pays, à la frontière avec l’Argentine. On débarque dans une ville plutôt moderne, en passant par un pont majestueux au dessus d’une rivière très large, se jetant dans le Rio Paraná.

Une église orthodoxe d'Encarnación
Une église orthodoxe d’Encarnación

On ne va pas se mentir, la ville elle-même n’est pas ce qu’il y a de plus intéressant dans cette étape. Beaucoup de commerces (frontière oblige), des rues très propres, une promenade de 17km au bord du fleuve, des plages coquettes. Certes. N’empêche, on s’y sent moins séduits que dans les villes plus modestes du nord du pays. On s’attarde tout de même sur la Plaza de las Armas, où les différentes communautés constitutives de la ville sont célébrées : les italiens, les allemands, les japonais et même … les ukrainiens ! D’ailleurs, on trouve plusieurs églises orthodoxes dans la ville.

José Luis, notre hôte
José Luis, notre hôte

Heureusement, nous avons le privilège d’être hébergés ici chez José Luis, un élu municipal d’Encarnación ! Grâce à lui, nous en apprenons un peu plus sur l’histoire récente de la ville, ses relations pas toujours simples avec l’Argentine et ses problèmes d’urbanisme liés à la montée des eaux du fleuve en 2008. Imaginez, suite à la construction d’un barrage hydro-électrique sur le Paraná, les eaux montent de 6 mètres ! Toute une partie de la ville est contrainte de se réinstaller en urgence en périphérie de la ville, dans des quartiers tout neufs, mal desservis en transports en commun. Seul avantage de cet état de fait : la municipalité en a profité pour créer 3 plages, très appréciées des paraguayens (elles sont même carrément prises d’assaut en été). En ce qui nous concerne, on s’y baigne un matin, en pleine semaine. La plage est presque vide, l’eau est chaude, le sable brûlant… Face à nous, de l’autre côté du fleuve, la ville de Posadas (Argentine) se dresse, magistrale : ce sera notre prochaine étape.

Ruines jésuitiques de Jesus de Tavarangüe
Ruines jésuitiques de Jesus de Tavarangüe

Mais en réalité, ici, le plus intéressant, c’est la proximité de la ville avec d’impressionnantes ruines des missions jésuitiques du XVIIème, réparties en deux sites. Celui de Trinidad est le plus important de la région. Du village créé par les jésuites, il ne reste que des murs, des arches et des traces ici et là de sculptures d’une finesse remarquable. On déambule longuement au milieu des ruines, essayant d’imaginer quelles relations se sont nouées ici entre les austères hommes de foi et les indigènes guaranís. Le deuxième site, Jesus de Tavarangüe, est plus petit mais en meilleur état. Dommage, les jésuites ont été expulsés du lieu avant d’avoir achevé la construction du temple…

Nous quittons maintenant le Paraguay en ayant conscience de l’avoir seulement effleuré. L’immense région du Chaco reste à visiter par exemple. Une autre fois, peut-être…

Denis

5 réflexions au sujet de « Dernière étape au Paraguay : Encarnación et les ruines jésuitiques »

    1. Trop cool ! Pour l’instant, on a déjà trouvé quelqu’un du 31 décembre au 3 janvier mais on voudrait rester jusqu’au 5 ou 6, histoire de bien se farcir la tête avec les musées historiques, etc… Pour l’instant, pas d’autre réponse couchsurfing… bisous

    1. Eh eh ! Content que ça te plaise ! Nous, on prend beaucoup de plaisir à soigner nos prises de vue et on progresse autant en espagnol qu’en photographie !

      Pour le prochain article, il faudra attendre encore un peu : on le publiera sans doute ce week-end. On attend d’avoir fini notre petite traversée du nord de l’Argentine. Comme on se sent bien là où on est hébergés en ce moment, on y reste un peu plus longtemps que prévu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *