vignette

San Carlos de Bariloche : des montagnes, des roses et du chocolat

Bariloche, son lac et ses montagnes
Bariloche, son lac et ses montagnes

Nous arrivons à San Carlos de Bariloche, avec le souffle coupé. Nous avons traversé la Pampa de nuit et ce matin, nous découvrons un paysage de montagnes, de lacs, de forêt de pins. C’est notre première rencontre avec la Cordilière des Andes. Au début, j’ai l’impression d’être en Suisse, à Lausanne. Puis les souvenirs des fjords norvégiens me reviennent en tête. La paysage est magique. Denis m’interpelle à chaque découverte d’un lac ou d’un sommet encore plus haut que le précédent.

Sandrine et ses nouvelles lunettes, à la mode argentine
Sandrine et ses nouvelles lunettes, à la mode argentine

Nous passons quatre jours à Bariloche1)Dont le nom complet est San Carlos de Bariloche, chez Santiago et Rocio, nos hôtes ici. Ils sont occupés durant la journée mais nous partageons les soirées ensemble. Notre emploi du temps est bien rempli et nous avons plein de choses à faire avant notre prochaine étape. Par exemple, je dois me refaire faire une paire de lunettes de vue2)perdues lors du vol à l’arraché de notre sac à Buenos Aires, ce qui n’est pas une mince affaire.

2015-01-13_02-30-03Nous déambulons dans la ville, à la recherche d’endroits à visiter, comme la cathédrale, et on s’aperçoit rapidement qu’il y a des roses partout. C’est la première fois depuis que nous sommes en Argentine que nous voyons une ville aussi fleurie ; et en plus, les roses sont très parfumées. D’après nos hôtes, ce sont des fleurs faciles à cultiver dans la région du fait du climat. Eux ne s’en rendent plus compte et ils s’amusent de nos questions et de nos remarques sur la décoration florale de la ville et sur la beauté des paysages.

Devinette : selon vous, dans musée de Bariloche a été prise cette photo ?
Devinette : selon vous, dans musée de Bariloche a été prise cette photo ?

Nous visitons le musée de la Patagonie et celui du chocolat. c’est une première prise de contact avec ce qui sera notre environnement dans quelques semaines quand nous descendrons vers Ushuaïa. La faune et la flore sont  bien différentes de celles du nord du pays. Les paysages vont changer fortement et nous avons hâte d’y être. Dans le musée du chocolat, on apprend de nouveau des points d’histoire sur l’évolution des recettes du chocolat depuis sa découverte par les Mayas jusqu’à Mme de Pompadour ! Et pour couronner le tout, on a le droit à une dégustation de chocolat chaud… Savoureux !

Ascension du Cerro Campanario
Ascension du Cerro Campanario

Nos hôtes nous conseillent plusieurs randonnées. Le mercredi, on s’échauffe avec une montée un peu rude mais rapide, le Cerro Campanario. On découvre rapidement que le sol est surtout fait de sable gris qui s’infiltre partout et qui ne facilite pas l’ascension. De là-haut, la vue est saisissante. Il y a des lacs partout et on voit tout près de nous des sommets encore enneigés en été. Un vrai plaisir de retrouver un relief que nous n’avions pas vu depuis longtemps !

Cerro Catedral
Cerro Catedral

Le jeudi, on attaque fort avec une randonnée de sept heures (4 en montée et 3 pour la descente). On part pour le Cerro Catedral, avec un départ du village (1050 m) où il y a les remontées mécaniques, plutôt fréquentées par les skieurs en hiver. Notre objectif est le Refugio Frey (1700 m). Nous traversons différentes vallées et plus on monte, plus les paysages changent, plus la végétation se raréfie. On est tout de même accompagnés tout au long de la balade par des mouches agressives qui veulent notre peau, même au travers des vêtements3)Pour les connaisseurs, ce sont des taons…. On n’est pas tous seuls sur le chemin. Beaucoup de vacanciers argentins viennent ici et nous constatons, arrivés au refuge, que beaucoup sont montés avec tout le matériel pour camper.

Elle est vraiment pas chaude !
Elle est vraiment pas chaude !

Bien heureux d’être arrivés au sommet, on se jette à l’eau, dans un lac bien frais et étonnamment peu fréquenté, vu le monde qui s’est installé autour du refuge. Après des années de randonnées dans les Pyrénées4)spéciale dédicace à Jean-Philippe et Colette Hanneton, mes «parents d’été en montagne», avec lesquels j’ai découvert les joies de la rando dans les Pyrénées, il y a 22 ans, je sais qu’il ne faut pas redescendre d’une telle ascension sans se baigner. D’abord, ça remet tous les compteurs à zéro, le corps est vivifié et la descente se fait en gambadant ! Ensuite, on en a tellement bavé pour y arriver que ce serait une frustration extrême de ne pas profiter d’un tel moment de bien-être. Enfin, on adore ça !

Dégustation d'une bière artisanale avec Rocio et Santiago, nos hôtes.
Dégustation d’une bière artisanale avec Rocio et Santiago, nos hôtes.

Le dernier jour, on décide d’aller voir la Colonia suiza, à 30 kms de Bariloche. On n’y passe que quelques heures, histoire de voir quelques vieilles maisons et de se baigner dans le lac et on repart5)La faute à la compagnie de transports publiques, parmi les pires au monde pour ses temps d’attente record. Rien que pour le voyage d’aller, on a du attendre plus de 2h !. Nous sommes arrivés très tard sur les lieux à cause d’un temps d’attente du bus de plus de deux heures. La journée finit avec une sortie arrosée de bière artisanale avec Santiago et Rocio que nous quitterons demain matin.

La suite de notre voyage se poursuit à El Bolson, à la limite du Rio Negro et du Chubut, dans le nord de la Patagonie, où nous allons faire trois semaines de wwoofing… Nous vous laissons plein de photographies à regarder, pour que vous soyez bien occupés en attendant le prochain épisode.

Sandrine

References   [ + ]

1. Dont le nom complet est San Carlos de Bariloche
2. perdues lors du vol à l’arraché de notre sac à Buenos Aires
3. Pour les connaisseurs, ce sont des taons…
4. spéciale dédicace à Jean-Philippe et Colette Hanneton, mes «parents d’été en montagne», avec lesquels j’ai découvert les joies de la rando dans les Pyrénées, il y a 22 ans
5. La faute à la compagnie de transports publiques, parmi les pires au monde pour ses temps d’attente record. Rien que pour le voyage d’aller, on a du attendre plus de 2h !

5 réflexions au sujet de « San Carlos de Bariloche : des montagnes, des roses et du chocolat »

  1. Bonjour,
    Je vois que vous avez toujours autant d’enthousiasme. C’est super, vos photos sont superbes et donnent envie de vous rejoindre. Mais quelle était cette manif que tu as photographiée ? Nostalgiques des marches parisiennes ?
    Profitez bien du soleil, des roses et des cerises. Ici nous avons eu nos premiers flocons de neige…
    Bisous à tous les deux.

  2. ça va la gymnastique pour passer au français sur le blog ? vous devez être quasi bilingues maintenant, non ? et rêver en argentin (ou en patagon ?).
    Pour la devinette, je dirais le musée du chocolat. Quant à la rose sur la photo, elle est si belle qu’on devine son parfum. Là encore, vous faites pas pitié !
    Oups, à quelques minutes près, c’était limite pour vous souhaiter une bonne année …Feliz ano novo !
    et bon woofing !
    Bises

    1. Bien joué pour la devinette ! C’est effectivement un animal fait … en chocolat !
      Pour ce qui est de la langue, comme nous parlons en français entre nous, nous ne perdons pas la langue. Par contre, on fait des phrases du genre : «Si tu mets trop d’eau dans le reboque, il ne tiendra pas sur la pared…»
      Par contre, non, nous ne sommes pas bilingue. Il nous manque la fluidité et les phrases complexes (avec concordance des temps par exemple). Et puis, notre espagnol est assez scolaire. Dès que les argentins se mettent à parler entre eux, on doit faire de gros efforts pour comprendre de quoi ils parlent… Par contre, quand ils s’adressent à nous, pas de problème !
      Bonne année à toi aussi ! Et bises à Antoine et Anna !

    2. C’est vrai, comme dit Denis, entre nous, on commence à se parler un mélange de français et d’espagnol car certains mots viennent tout de suite en espagnol et on ne les trouve plus en français… ou du moins, il faut faire un effort de recherche !!! on s’amuse bien ! gros bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *