vigette

Un séjour en musique à Viña del Mar

Avant toute chose, un mot sur la première photo (celle qui est juste au dessus de l’article). Vous avez dû constater qu’on s’était amusés, jusqu’à présent, à alterner des portraits de nous deux. Quand Sandrine écrivait l’article, on mettait un portrait de moi et inversement. Après 9 mois de voyage, on a envie de changer de recette : on inaugure ici une série d’articles qui commenceront par une peinture de Sandrine !

2014-05-05_021
Víctor, guide touristique musicien

Nos séjours chez l’habitant se succèdent mais ne se ressemblent pas ! Et c’est à chaque fois passionnant. On est ici au bord du Pacifique, à peu près à la même latitude que Santiago, dans une ville qui s’appelle Viña del Mar, qui jouxte Valparaíso. D’un point de vue strictement touristique, Valparaíso est une ville plus intéressante – ça doit se voir sur nos photos – mais quand on a découvert le profil de Víctor, on n’a pas hésité une seconde ! Car notre hôte ici est guitariste, chanteur, poète et guide touristique ! Il partage son appartement avec Monica, une voyageuse espagnole. Dès le premier soir, on a le droit à un accueil en chansons, à quoi on réplique avec quelques uns de nos duos a capela.

Un des escaliers de Valparaíso
Un des escaliers de Valparaíso

Víctor nous emmène visiter Valparaíso et nous servons de cobayes pour une promenade guidée qu’il est en train d’expérimenter. L’originalité de ce parcours, c’est qu’il est parsemé de pauses musicales : Víctor sort sa guitare à chaque étape et nous gratifie d’une petite chanson ! La ville en elle-même est d’ailleurs assez stupéfiante : installée de façon plus ou moins anarchique sur les montagnes qui font face à la mer, la ville s’est construite autour du port sans jamais avoir été fondée. Du coup, son développement s’est fait de façon très spontanée, laissant place à une certaine fantaisie, tant sur le plan urbanistique que sur le plan architectural. Évidemment, les contrastes sociaux sont aussi très accentués et les touristes sont prévenus qu’il y a certaines zones qu’ils ne doivent pas aller visiter sans la présence d’un chilien à leur côté…

Le groupe de Murga de Valparaíso
Le groupe de Murga de Valparaíso

Un soir, Víctor nous invite à assister à une répétition de son groupe de chanteurs. Il s’agit d’un groupe de Murga, un genre musical issu des carnavals uruguayens. C’est joyeux, festif et ça chante à plein poumons ! Leur répétition a lieu dans un centre culturel un peu délabré et non chauffé, ce qui renforce le caractère un peu «sauvage» de l’ensemble.

L'un des uniques Moai (statues de l'Île de Pâques) rapatriés sur le continent
Devant le musée Fonck de Viña del Mar, l’un des uniques Moai (statues de l’Île de Pâques) rapatriés sur le continent

Bien sûr, on ira aussi se promener dans Viña del Mar. On rend une petite visite à ses châteaux et à ses plages, on mange des fruits de mer et on s’arrête dans son musée archéologique. Une grande partie de ce musée est consacré à l’Île de Pâques, qui appartient au Chili depuis 1888 et qui est administrativement rattachée à la région de Valparaíso. Du fait de notre décision de ne pas prendre d’avion au cours de notre voyage, on ne pourra pas aller visiter l’île et ce musée nous permet de goûter un peu à ce qu’on aurait pu y voir. Il y a bien sûr les fameux Moai (immenses statues éparpillées sur l’île), mais aussi une culture très particulière, du fait que la population indigène (les Rapa Nui) est restée complètement isolée pendant plus de mille ans ! Au XIXème siècle, des esclavagistes en provenance du Pérou les ont quasiment fait disparaître. Il reste des Rapa Nui sur l’île de nos jours mais leur culture a été profondément transformée par les colonisateurs. Par exemple, plus personne (même pas eux) ne sait déchiffrer leur écriture, qui reste donc un mystère…

On repart de nouveau sur les routes, direction La Serena, pour notre dernière étape avant le désert…

Denis

7 réflexions au sujet de « Un séjour en musique à Viña del Mar »

  1. super la peinture de Drine, j’adore. Quel talent copine!
    Une petite expo à ton retour…
    Bonne continuation sur les routes sud américaines.
    Bises à vous 2

    1. Merci. je m’essaie à l’aquarelle depuis le début du voyage, c’est simple à transporter et ça sèche vite. cependant, cela demande de la technique, il faut diluer, diluer… au début, ça faisait des peintures vachement flashy et encore maintenant, ça reste difficile de diluer mais j’apprends petit à petit…à force d’en faire, ça va venir ! 😉 bises à vous 4 !

  2. Bonjour à vous eux,

    Bravo pour la peinture, mais les couleurs un peu flashy vont bien avec les tons de l’Amérique du sud, cela ne choque pas du tout, par contre un petit titre pour préciser la ville représentée serait bien. Bisous, bonne continuation. Mutti

    1. Merci Mutti ! Pour le dessin, il est plus grand normalement et pour la nécessité du cadre, on a choisi de ne pas mettre la partie basse et haute du dessin. Mais à chaque fois, je note en bas, dans un coin, où c’était, la date, etc… Tout est bien précisé, ne t’inquiète pas ! Ne serait-ce que pour moi, pour me rappeler… 😉
      Bisous

  3. Bonjour à vous deux,

    Bravo Sandrine pour la peinture ! Est-ce que vous avez vu les traces de l’incendie à Valparaiso ? C’est sympa vos visites !
    Grosse bise
    Jacqueline

    1. Des traces d’incendie, on en a vu quelques unes mais dans l’ensemble, la partie touristique n’a pas été affectée.
      Et vous, vous avez des traces du printemps dans votre jardin ? 😉
      Bises
      Denis

      1. Oui ! on a des traces de printemps… mais un peu comme d’habitude ! Nous avons mangé nos premières fraises aujourd’hui et déjà de la salade à couper. Pour le reste, ça pousse doucement, mais vraiment très doucement et pour tout dire, c’est même plutôt poussif, sauf pour l’herbe qui pousse trop vite !

        Grosse bise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *