Cuzco : on est venus, on a vu, on n’a pas été convaincus !

2015-07-26_10-34-30
Arche de Santa-Clara

Je vous préviens, ça va râler ! Bon d’accord, nous sommes arrivés à Cuzco, la fleur au fusil, sans réservation, en période haute, et nous avons très rapidement trouvé un hôtel pas cher, plutôt un hôtel pour les locaux ou les touristes, comme nous, qui avaient oublié qu’il n’y a pas que des étrangers qui sont en vacances. Disons que ça commençait bien.

Mur inca
Mur inca

Et puis, notre premier jour fut un jour de découverte du centre historique. En effet, Cuzco est une très belle ville, au passé colonial chargé, mais pas que ! Bien évidemment, les vestiges incas sont légion dans le centre, comme des restes de murs d’une épaisseur hallucinante, faits en pierres aux angles multiples. Dans une petite rue piétonne, il y a un mur qui comporte une pierre à 12 angles. Qui dit mieux ?

Intérieur de l'église du couvent franciscain
Intérieur de l’église du couvent franciscain

Nous avons aussi visité le couvent franciscain, de toute beauté. D’ailleurs, vous vous posez sûrement la question depuis le temps qu’on vous raconte nos visites de ces lieux : mais qu’est-ce qu’ils ont avec les couvents franciscains ? Simplement, que ce soit à Sucre, Cochabamba, La Paz, Arequipa et maintenant Cuzco, nous y avons toujours eu des visites guidées de très bonnes qualités ; il faut dire aussi qu’à chaque fois, nous nous sommes retrouvés dans des bâtiments absolument bien conservés. L’après-midi, on visite le musée d’Art Précolombien.

Couvent Santo Domingo/Qoricancha
Couvent Santo Domingo/Qoricancha

Le lendemain, nous avons profité d’une visite guidée d’un lieu emblématique de la ville, Qoricancha, pour en apprendre un peu plus sur l’histoire de la région. Cet ancien temple cérémonial dédié au soleil était le lieu le plus sacré de l’empire inca. Avec la colonisation, il a été transformé en couvent ; ce qui a permis de protéger les restes des anciens murs, une fois le pillage des richesses et la destruction passés. D’après le guide, il a fallu des milliers d’hommes et de bêtes pour acheminer jusqu’à la mer tout l’or volé dans ce temple par les espagnols, et ce pendant quatre mois.

Place des armes
Place des armes

Mais le rêve Cuzco, ça s’arrête là. Nous avons vite découvert que les autres lieux de cultes étaient payants, trop chers pour une simple entrée. L’entrée de la cathédrale (sans guide), par exemple, coûte 25 soles1)7,50 € ; à Paris, Notre Dame est accessible gratuitement. Nous apprendrons plus tard, lors d’un tour gratuit de la ville – qui était d’ailleurs d’une médiocrité affligeante – que la cathédrale est ouverte gratuitement de 6h à 9h du matin, pour éviter soigneusement que les touristes en profitent !

Au fond, la cathédrale
Au fond, la cathédrale

Nous savions déjà, grâce à Rémi (le frère de Denis) et d’autres voyageurs rencontrés que nous ne pourrions pas aller voir le Machu Pichu, le prix allant de 100 à 500 dollars2)Selon que vous fassiez ou non le chemin de l’inca. par personne. Mais ce qu’on ignorait, c’est que tous les autres sites sont à l’avenant. Il existe un billet dit «touristique» à 130 soles par personne3)environ 45€ qui permet de visiter toutes les ruines proches de la ville, sur dix jours. C’est pour nous l’équivalent d’un voyage pour deux en bus de plus de 250 km ! Nous avons donc fait le choix, pour les deux derniers jours, d’aller visiter deux sites, pas très connus mais forts intéressants, grâce au billet partiel, deux fois moins cher mais uniquement pour deux jours consécutifs. Mais le pire, c’est que sur chaque site, il n’y a ni guide4)Sauf pour ceux qui ont acheté un tour depuis Cuzco., ni panneaux explicatifs. En plus du prix des entrées des sites touristiques, il faut en plus se trouver un transport, et là, c’est la loi de la jungle : chaque chauffeur pratique le prix qu’il veut, à la tête du client5)Ça donne par exemple un taxi à 20 soles – 6€ – du terminal de bus au centre-ville, alors que d’autres descendent à 6 soles….

Le pire, c’est pour les péruviens eux-mêmes. Le péruvien moyen ne peut pas s’offrir des vacances ici, même si les entrées sont à moitié prix pour eux car, en plus, par rapport au reste du pays, ici, tout est trois fois plus cher. De ce fait, on s’est demandé s’il existait un autre lieu comme celui-ci dans le monde, où mêmes les locaux ne peuvent pas aller. On n’a pas encore trouvé mais en France, je ne pense pas que ça existe, non ?

Moray
Moray

Il y a quand même des points positifs. Comme toujours les repas au marché sont conviviaux, grâce aux commerçants, avec qui nous discutons. Et puis, on aura eu une journée magnifique, en visitant Moray, un centre de recherche agricole inca, à une trentaine de kilomètres de Cuzco. Ces ruines sont étonnantes, circulaires, comme un amphithéâtre, ce qui permettait de créer autant de microclimats qu’il y a de terrasses, l’épaisseur des murs emmagasinant la chaleur en journée pour la diffuser dans la nuit. En combinant un bus puis un taxi collectif, on arrive à Maras, à 9 km du site. De là, on a le choix entre prendre un taxi privé très cher ou marcher. Nous décidons donc d’y aller à pied, ce qui donne une randonnée de deux heures aller, et autant pour le retour. En chemin, nous croisons tous types de véhicules, des minivans des tours operators aux quads, loués par des touristes en mal d’aventures et de poussière. On les a détestés un bon moment jusqu’à ce qu’on croise un jeune, avec son troupeau de moutons, qui nous indique un raccourcis, à travers champs, un large chemin bordé d’aloe vera qui nous permet de profiter de paysages à couper le souffle. Pour le retour, nous avons été pris en stop (gratuit !) par un camion qui nous a déposé à l’arrêt de bus-même. Nous avons fini cette journée en bavardant dans le bus avec trois voyageurs espagnols, pendant le retour à Cuzco.

Ruines de Sacsayhuamán
Ruines de Sacsayhuamán

Le dernier jour, nous voulions profiter de la ville d’Ollantaytumbo et ses ruines archéologiques incas, attraction qui fait partie du billet partiel. Mais… au moment du départ, je me suis aperçue que je n’avais plus les billets achetés la veille. Après de vaines recherches dans nos sacs et dans la chambre d’hôtel, on se rend à l’évidence : nous passerons notre dernier jour à Cuzco. Au programme : visite de la cathédrale (sur les horaires de messe), visite du musée de l’inca et balade sur les hauteurs de la ville, ce qui nous permet de voir de loin les ruines de la forteresse de Sacsayhuamán.

Au final, au cours de ces 4 jours, même si nos photos sont belles, on n’aura visité que des sites mineurs de la région, en effleurant à peine la richesse de la culture inca. La faute à des tarifs prohibitifs qui réservent l’ensemble de la région à une élite touristique.

Sandrine

References   [ + ]

1. 7,50 € ; à Paris, Notre Dame est accessible gratuitement
2. Selon que vous fassiez ou non le chemin de l’inca.
3. environ 45€
4. Sauf pour ceux qui ont acheté un tour depuis Cuzco.
5. Ça donne par exemple un taxi à 20 soles – 6€ – du terminal de bus au centre-ville, alors que d’autres descendent à 6 soles…

4 réflexions au sujet de « Cuzco : on est venus, on a vu, on n’a pas été convaincus ! »

  1. Coucou !! C’est vrai que malheureusement certains n’hésitent absolument pas à se faire un max de pognon….Finalement en France, on n’est pas si mal lotis en ce qui concerne la culture (certains musées gratuits le 1er dimanche du mois, enfant – 18 ans gratuit pour le Louvre, entrées d’églises gratuites…). On peut trouver à visiter pour pas cher. Bonne continuation, vous avez une idée de la période de votre retour ? Bisous.

  2. salut loune,
    pour le retour, plus tot que prevu car le perou sera le dernier pays. normalement on prend un bateau pour un retour vers l espagne vers la mi octobre… a suivre ! bisous

  3. Pas de problèmes sobrina,tu sabes que siempre tienes un sitio en casa » en este caso 2  »
    de Algeciras ha autobús para malaga.
    un fuerte abrazo
    lily,ade…y alvaro…
    estamos en le porteau .

    1. Están en Francia !!!! Que bien !!! Besos fuerte para mi tío también 😉
      Tendré que verlo algunos días, en Le Porteau !!!
      Hasta luego.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *