20160314T052858

Direction le Nord

Vous vous plaignez et vous avez raison : pourquoi diable ne nous écrit-il pas d’article décrivant son voyage en vélo vers Amsterdam ? Je n’ose vous répondre que le temps me manque – de la part du voyageur très «zen» que je suis, c’est difficile à entendre. Et pourtant, c’est tellement vrai !

20160311T074344
Avec Marcel, mon hôte à Chateau-Thierry

Je suis parti de Bombon (Seine-et-Marne) le 8 février, comme Sandrine vous l’a déjà expliqué dans le précédent article de ce blog. Mon vélo n’emporte que l’essentiel : un peu de linge, une trousse de toilette, une tente et un duvet (encore jamais utilisés), un ordinateur et un appareil photo. Et surtout, il transporte mon énorme envie d’aller à la rencontre de l’Autre. Pour cela, je vais d’hôte en hôte, via les réseaux de voyageurs en ligne (Couchsurfing et Bewelcome). Je m’arrête une ou deux nuits pour chaque étape et je reprends le vélo. C’est très court, presque trop, mais cette brièveté a une vertu insoupçonnée : les rencontres que je fais ont une intensité extraordinaire ! J’ai très peu de temps pour connaître ceux qui m’hébergent et vivre avec eux un petit quelque chose de marquant. Mes hôtes jouent le jeu à fond et m’emmènent parfois sur des territoires qui me sont parfois totalement inconnus : Bousmaha, mon premier hôte1)À Villemareuil, près de Meaux, m’invite à cuisiner avec lui et sa belle-mère un plat algérien tout en mêlant joyeusement l’arabe et le français ; Charlotte et Fabien, à Soissons, me font faire du cirque et m’entraînent dans une tournée des bars-à-musique de Reims ; Sven, mon hôte à Lille, m’invite à son cours de tango et à son club d’allemand… Mais ce qui fait la saveur de ces rencontres, ce sont toutes ces conversations tournant autour de l’art du voyage, autour du plaisir de recevoir et d’être reçu par de parfaits inconnus.

Église en briques rouges : typique du Nord !
Église en briques rouges : typique du Nord !

J’ai traversé sur mon vélo les interminables territoires agricoles de la Seine-et-Marne, de la Picardie et du Nord. Dire que je n’ai pas été profondément affecté par ce que j’y ai vu serait mentir : qui pourrait rester indifférent face aux sillons profonds et rectilignes de l’agriculture conventionnelle ? Qui pourrait décemment trouver de la beauté dans ces déserts où même les arbres sont devenues des personas non grata ? Mon esprit trouve un peu de repos dans la quiétude des petits villages – et je fais semblant de ne pas voir les panneaux «voisins vigilants en liaison direct avec la gendarmerie» qui m’accueille souvent. Mes plus belles étapes ont été celles où j’ai pu longer des canaux (notamment autour de Cambrai). La pire a été celle où j’ai croisé à trois endroits différents (le même jour !) des tracteurs en train d’épandre je-ne-sais-quoi sur leurs immenses champs de betteraves sucrières, à seulement quelques mètres de ma route. Français, si tu aimes les campagnes françaises, ne consomme plus de sucre.

Ce soir je traverse la frontière vers la Belgique. Je ressens un mélange d’impatience et d’appréhension : ce sera une étape symbolique vers ma destination finale, vers mon frère qui m’attend à Amsterdam. Mais à partir de ce soir, il me faudra parler néerlandais et … ik voel me niet klaar2)Je ne me sens pas prêt. ! Je pense à vous tous et je remercie pour vos encouragements ! Et merci, merci à tous mes hôtes : Bousmaha (Villemareuil), Marcel (Chateau-Thierry), Charlotte et Fabien (Soissons), Aurélien (Vendeuil), Ben (Saint-Quentin), Diane et Harold (Beaurevoir), Jean-Louis (Cambrai), Coraline (Somain), Victor (Villeneuve d’Ascq) et Sven (Lille).

Denis

PS : Il y a peu de photos parce que j’ai perdu mon appareil (rien de grave, hein !). De toute façon, je n’en prenais presque pas. J’ai l’impression que ce voyage se prête mieux à des récits oraux (ou écrits) qu’à des diaporamas.

References   [ + ]

1. À Villemareuil, près de Meaux
2. Je ne me sens pas prêt.

6 réflexions au sujet de « Direction le Nord »

  1. Elle est trop chouette la photo de toi ! 🙂 j’espère qu’il y en aura d’autres.
    Bon voyage !!!
    (google map dit 29 heures de trajet, en vélo pour faire bombon – amsterdam :P)

  2. Bon voyage ! Tu viens de traverser les lieux de ma jeunesse : j’ai vécu 5 ans à Villeneuve d’Ascq et 1an 1/2 à Soissons… J’espère que ton trajet ne sera perturbé que par des épandages intempestifs et pas par les événements belges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *