vignette

Europe, nous sommes de retour !

Dans les rues de Malaga
Dans les rues de Malaga

Une semaine sous le soleil andalou ! Quelle idée formidable pour faire la transition entre le printemps sud-américain et l’Automne français qui nos attend ! Le Cayenne nous a déposé au port de Algeciras, au détroit de Gibraltar et on continue un peu l’aventure du voyage en parlant de nouveau en espagnol. On est attendus à Malaga, chez mes tantes, Adelaïda et Lily.

Denis ne connaît pas encore la ville, nous nous baladons dans les rues, nous déambulons sur les quais et nous pique-niquons un midi sur la plage. Il fait entre 19°C le matin et 29°C au plus fort de la journée1)Moui, enfin, pas tous les jours non plus ! (note de Denis) , ce qui est fort agréable quand on pense que des températures plus basses nous attendent en France. On déguste aussi des chirimoyas que nous sommes très heureux de retrouver ici !  Et nous sommes même étonnés de trouver des noix du Brésil2)Qui, au Brésil, sont appelées « castanha do Pará » sur les marchés !

Salvador et Sandrine
Salvador et Sandrine

On fait le tour des popotes et on rend visite aux membres de ma famille espagnole : tantes, cousins, père et sœurs. À chaque fois, on raconte volontiers des moments du voyage, des rencontres que nous avons faites. On fait un peu de tourisme en visitant les ruines du palais mauresque Alcazaba. Cette semaine est aussi l’occasion de cuisiner en famille et de partager une succulente paella, chez Lela et Salvador.

Sandrine, Delphine et Ziggy
Sandrine, Delphine et Ziggy

Après une douce semaine au soleil, on arrive ensuite chez Fred et Delphine3)une de mes cousines, du côté Hanneton, côté français, dans la Sarthe4)Ça y est, on est en France 😉 , pour y passer une grande semaine à travailler dans leur ferme maraîchère bio5)http://la-ferme-du-hanneton.net/. Après nos expériences de wwoofing en Amérique du Sud, nous continuons d’apprendre sur les principes de la culture biologique, des engrais végétaux et les toilettes sèches6)Procédé qui consiste à remplacer l’eau, ici, par de la sciure de bois, ce qui permet ensuite d’utiliser ces résidus comme engrais naturel pour les arbres fruitiers. Et en plus, on s’habitue très vite à ne plus entendre le bruit de la chasse d’eau. Trop chouette 😛 .

Des fraisiers en fleur fin novembre ?! Ya plus d'saison !
Des fraisiers en fleur fin novembre ?! Ya plus d’saison !

On y fait la connaissance de Ziggy, bel âne de 5 ans, et des biquets Farenne, Firmin, Fuji et Faruk, tous prompts à nous montrer leur joie de vivre ici. Pendant nos sept jours de travail, on aide à la conservation de certains légumes pour l’hiver. On seconde Delphine et Aline, unique employée de la Ferme, pour le creusement et la préparation de la terre, la récolte, le nettoyage, la pesée et la mise en jauge7)Mettre en jauge consiste à enterrer, provisoirement et en partie, les légumes qui viennent d’être sortis de terre, dans l’attente de leur destination finale, l’assiette des céleris et des navets et le creusement de la jauge, prête à accueillir prochainement les endives. On a également le droit de désherber les fraises qui fleurissent encore partiellement – le temps a été vraiment très doux pour elles, cette année ! Sous les hautes serres, on nettoie les haricots dont la récolte est maintenant achevée. Nous traquons même les chenilles venues s’installer dans les blettes. Un « sprouch » retentit à chaque chenille tuée sous nos doigts… Beurk ! Tout cela sous l’œil attentif de Minette, une chatte fermière toujours prête à partager un câlin sur les épaules de qui veut bien s’arrêter de bosser !

20151113T062126
Faruk

C’est aussi ici, à Lombron, que nos papilles reprennent contact avec le pain qui croustille, le fromage au lait cru qui pue et les rillettes (du coin)… car n’oubliez pas qu’on est tout près du Mans ! Un peu tristes, nous quittons la Ferme et tous ses habitants, la tête un peu plus pleine de connaissances nouvelles sur l’agriculture bio. On sait encore peu de choses. Mais on sait qu’on reviendra !

Notre voyage s’achève avec cette ultime étape laborieuse. Maintenant, faisons place aux retrouvailles et aux festivités qui vont avec…

Sandrine

PS : Il y a un an, on s’aventurait plus loin dans le Paraguay, après avoir passé quelques jours à Asunción et achevé notre parcours brésilien par Foz do Iguaçu.

 

References   [ + ]

1. Moui, enfin, pas tous les jours non plus ! (note de Denis)
2. Qui, au Brésil, sont appelées « castanha do Pará »
3. une de mes cousines, du côté Hanneton, côté français
4. Ça y est, on est en France 😉
5. http://la-ferme-du-hanneton.net/
6. Procédé qui consiste à remplacer l’eau, ici, par de la sciure de bois, ce qui permet ensuite d’utiliser ces résidus comme engrais naturel pour les arbres fruitiers. Et en plus, on s’habitue très vite à ne plus entendre le bruit de la chasse d’eau. Trop chouette 😛
7. Mettre en jauge consiste à enterrer, provisoirement et en partie, les légumes qui viennent d’être sortis de terre, dans l’attente de leur destination finale, l’assiette
vignette

Retraverser l’Atlantique en cargo : toujours trop facile !

À bord du Cayenne, au départ de Fortaleza
À bord du Cayenne, au départ de Fortaleza

Contempler le soleil se lever et se coucher, dans un ballet de nuages aux couleurs extravagantes. Sentir le temps qui passe aspirer la distance qui nous sépare de l’Europe. En profiter pour travailler un peu, lire et flemmardouiller. Voilà notre vie à bord du Cayenne, fier navire de la marine marchande française transportant un bon millier de containers d’un bord à l’autre de l’océan.

Notre bateau, le Cayenne
Notre bateau, le Cayenne

Ami lecteur, si tu as suivi notre première traversée, celle qui nous a amenée en Amérique du Sud, tu te souviens sans doute des raisons qui nous ont poussés à choisir ce mode de transport. Tu sais déjà que c’est beaucoup plus écologique qu’un avion1)Mais moins qu’un voilier, évidemment. et que ça présente pour nous l’énorme avantage de nous permettre de sentir physiquement la distance parcourue. De fait, on se prend à comparer l’aller et le retour. À l’aller, on était sur le Platon, qui était un peu plus petit (mais où notre cabine était plus grande) et moins neuf (mais tout aussi confortable). Dans les deux cas, l’équipage, moitié roumain moitié philippin, est aux petits soins avec nous. Comme à l’aller, on est toujours bienvenus sur la passerelle où on discute avec l’officier de quart ou avec le capitaine (qui parle un peu français) et où on prend connaissance de notre position sur l’océan.

Plage de Ponta Negra à Natal
Plage de Ponta Negra à Natal

Cette fois-ci, on n’aura le droit qu’à une seule escale : on s’arrête 48h à Natal, grosse ville du Nordeste brésilien. La ville en soi ressemble beaucoup à Fortaleza, qu’on vient juste de quitter. On passe une journée entière sur la plage de Ponta Negra, à une dizaine de kilomètres de la ville. Comme on est samedi, la plage est bondée et les camelots se mêlent aux plagistes, nous sollicitant très régulièrement pour nous vendre tout un tas de choses. Et notamment une place dans les nombreuses chaises longues sous parasol qui encombrent la plage. Mais nous, tout ce qu’on veut, c’est s’allonger dans le sable brûlant, transpirer sous le soleil jusqu’à ce que l’envie d’aller nous baigner se fasse irrépressible. Brésilien, si tu aimes tes plages, lutte contre les camelots.

Cette fois-ci, on quitte pour de bon l’Amérique du Sud. Le premier pas sur notre continent natal a eu lieu à Algeciras, juste à côté de Gilbraltar (en Espagne). Encore des lieux chargés d’histoire. Cependant, on se s’y attarde pas et on se rend directement à Malaga, chez les tantes espagnoles de Sandrine.

Denis

PS : Il y a un an, on était dans le Paraná, avec Mônica et Manu.

References   [ + ]

1. Mais moins qu’un voilier, évidemment.
vignette

On a croisé ton chemin / A gente cruzou o seu caminho / Cruzamos tu camino

Notre bateau part demain. Nous laissons l’Amérique du Sud dernière nous, après y avoir passé plus de 14 mois. On a encore les yeux perdus dans ses paysages immenses, les oreilles pleines de rire et de chants et un peu de sable dans les chaussures. Mais, surtout, on emmène avec nous le souvenir de t’avoir croisé(e), toi ! / O nosso barco sai amanhã. Deixamos a América do Sul, depois de ter passado aqui mais de 14 meses. Nossos olhos ainda ficam perdidos nas suas paisagens imensas, os ouvidos cheios de risos e de cantos, e ainda temos um pouco de areia nos sapatos. Além disso, levamos conosco a lembrança de termos cruzado com você ! / Nuestro barco sale mañana. Dejamos Sudamérica atrás, después de haber pasado acá mas de 14 meses. Nuestros ojos siguen perdidos en sus paisajes hermosos, los oídos llenos de risas y de cantos, y todavía tenemos un poco de arena en el fondo de los zapatos. Además de eso, llevamos con nosotros el recuerdo de haber cruzado contigo.

Toi, qui nous as reçus, partout où nous nous sommes arrêtés. Toi qui nous as hébergés, qui nous as parlé de ton pays et de tes rêves, qui nous as appris à cuisiner, à chanter ou à jardiner. Toi qui nous as transmis un peu de ta langue maternelle. Toi qui nous a quittés avec une embrassade tantôt joyeuse, tantôt mélancolique mais toujours en nous souhaitant «bon voyage». / Você que nos recebeu em todos os lugares em que paramos. Você que nos hospedou, que nos falou de seu país e de seus sonhos, que nos ensinou a cozinhar, a cantar ou a cuidar de uma horta. Você que compartilhou a sua língua materna conosco. Você que se despediu com um abraço, às vezes alegre, às vezes com saudade, mas sempre nos desejando uma boa viagem. / Tú, quien nos recibiste, por todas partes donde paramos. Tú, quien nos hospedaste, nos contaste un poco de tu país y de tus sueños, nos enseñaste a cocinar, a cantar o a cuidar de una huerta. Tú quien nos ayudaste a conocer tu lengua materna. Tú quien te despediste con un abrazo, a veces alegre, a veces melancólico, pero siempre deseándonos un buen viaje.

Nos chemins se sont croisés et cette rencontre nous a enrichis pour toujours. Nous sommes désormais plus sages, plus joyeux et plus complets de t’avoir connu(e). Pour cela, mille fois merci ! / Os nossos caminhos se cruzaram e esse encontro nos enriqueceu para sempre. Somos, de agora em diante, mais sábios, mais felizes e mais completos de ter conhecido você. Por isso, muito obrigado ! / Nuestros caminos se cruzaron y ese encuentro nos enriqueció para siempre. Somos, de aquí en adelante, más sabios, más felices y más completos por haberte conocido. Por eso, te agradecemos !

Sandrine & Denis

vignette

À Fortaleza : l’essentiel du Brésil en quelques jours !

Avec nos hôtes, Pedro et Liana
Avec nos hôtes, Pedro et Liana

Nous arrivons chez Pedro et Liana, nos hôtes à Fortaleza pour quatre jours, au moment de la fête de la maison. Ils viennent d’emménager dans un nouveau lieu et ce soir-là, leur petit nid est rempli d’amis. Sur fond de musique brésilienne des années 70 et dans la fumée d’un churrasco, on parle de politique, de société, de lectures, on refait le monde avec certains, on discute musique et voyage avec d’autres. Et comme on explique que ce sont nos derniers jours en Amérique latine, les conseils fusent : on nous fait rapidement un emploi du temps pour les jours qui viennent, emploi du temps impossible à tenir compte-tenu de la quantité de suggestions ! La soirée passe vite, on ne s’ennuie pas. On se quitte en s’embrassant, heureux d’avoir partagé un fort moment fraternel.

Cathédrale de Fortaleza
Cathédrale de Fortaleza

Pedro nous a préparé un parcours qui intègre les lieux emblématiques de la ville que nous croiserons même si le premier jour de visite est un jour férié et que tout est fermé. Nous visitons donc le centre historique de Fortaleza, avec son théâtre, sa cathédrale, son fort qui donna son nom à la ville, son centre culturel Dragão do Mar et son marché central. Nous ne pouvions vraiment pas quitter le Brésil sans quelques noix du Pará et de caju dans nos bagages ! Le tour de la ville passe aussi par la place des Lions qui abrite une drôle de statue de l’écrivaine du Ceará Rachel de Queiroz1)« Nous sommes nés seuls et destinés à mourir seuls. C’est peut-être pour cela que nous avons besoin de vivre ensemble. », in L’Année de la grande sécheresse, 1930, première femme à être entrée à l’Académie des Lettres du Brésil.

Le mercado central
Le mercado central

Du côté des spécialités culinaires délicieuses, nous nous mettons même au défi d’en goûter une dernière fois quelques unes, comme un bon açai glacé, un jus d’avocat juste sucré comme il faut, quelques coxinhas au poulet et catupuri et bien sûr les inévitables crèmes glacées aux goûts exotiques comme Lepo-Lepo2)mélange de citron et cupuaçu. Le dernier soir, on s’achète quelques maracujás3)C’est le nom brésilien du fruit de la passion. que l’on élève en une mousse délicieuse.

Coucher de soleil à Canoa Quebrada
Coucher de soleil à Canoa Quebrada

Impossible de visiter Fortaleza sans passer par ses plages à couper le souffle. Nous remontons l’avenue Beira Mar pour profiter de la plage Iracema, près du Ponte dos Ingleses. Et sur les conseils de nombreux brésiliens rencontrés depuis plus de deux semaines, nous allons passer une journée dans le petit village de Canoa Quebrada, à quelques 3 heures de bus de Fortaleza. Là, on trouve des plages immenses où se croisent artisans hippies, riches vacanciers, et amoureux du parapente et du kitesurf. Là, nous nous promenons dans les ruelles désertes et profitons des points de vue incroyables sur la mer. Là, nous nous baignons une dernière fois dans les eaux chaudes de l’Atlantique.

Demain, on reprend le bateau, direction l’Europe…

Sandrine

PS : Il y a un an, nous visitions São Paulo.

References   [ + ]

1. « Nous sommes nés seuls et destinés à mourir seuls. C’est peut-être pour cela que nous avons besoin de vivre ensemble. », in L’Année de la grande sécheresse, 1930
2. mélange de citron et cupuaçu
3. C’est le nom brésilien du fruit de la passion.